Témoignages

Extrait de la revue "Les yeux de son maître" n° 128 éditée par la FFAC

Existe-t-il un destin ? Certains y croient d’autres pas mais force est de constater que face à l’histoire d’Edel on peut avoir des doutes. En 2009, la famille Duchaussoy décide de devenir famille d’accueil pour la première et seule fois de sa vie. Edel rejoint leur foyer, puis part accomplir sa mission de guide auprès de Delphine, sa maîtresse. Dix ans plus tard il perd la vue, sa famille d’accueil n’hésite pas une seule seconde à l’adopter. Elle qui l’avait éduqué pour guider, doit maintenant à son tour le guider. Vous aviez découvert lors du dernier numéro, l’incroyable histoire de Delphine et Edel, découvrez désormais la suite ou plutôt le commencement.   

Edel avec ses familles

Devenir famille d’accueil ne se décide pas du jour au lendemain. Pour Elisabeth, l’idée est née après un reportage à la télévision sur les chiens guides. « J’étais au chômage et mes enfants me réclamaient un chien, mais avec une activité professionnelle c’était compliqué de tout concilier. » Ayant désormais du temps devant elle et l’envie d’aider, elle embarque sa famille aux journées portes ouvertes de l’Ecole de Chiens guides de Paris. Ils décident de sauter le pas. « C’était un vrai projet familial dans lequel nous avons inclus nos deux filles, âgées de 13 et 15 ans à l’époque. Il était important pour nous qu’elles comprennent l’objectif et de ce fait que le chien n’allait pas rester. »

Le chien du bonheur

En décembre 2009, Edel les rejoint. Le chiot est d’une facilité d’éducation impressionnante nous confie Elisabeth. « C’était un chien intelligent, obéissant et gourmand, ce qui était pratique car une croquette suffisait à le faire obéir. » Toute la famille est impliquée dans ce projet et se rend à toutes les réunions. « Mes filles avaient à cœur de tout bien faire. Edel a pris sa place et a appris aisément, la seule chose qu’il avait du mal était de marcher à nos côtés sans tirer. » La famille garde le souvenir d’un chien exemplaire devenu la mascotte du club épique des filles. « Pour une première expérience en tant que famille d’accueil, on s’estimait très heureux d’avoir un chien aussi adorable. » Elisabeth nous révèle que la séparation a été difficile, mais tous avaient en tête l’objectif final. « Nous avions précisé à l’école que si son futur maître le souhaitait nous serions d’accord pour maintenir le lien et garder Edel au besoin. »   

La naissance d’une belle amitié

Après des mois d’éducation à l’Ecole, Edel devient officiellement chien guide, une satisfaction pour la famille. « C’était gratifiant de se dire que l’on a pu contribuer à redonner de l’autonomie à une personne. » Une rencontre avec la maîtresse d’Edel, Delphine, est prévue à l’Ecole de chiens guides. « Le courant est tout de suite passé. Nous lui avons proposé de garder Edel au besoin car elle voyage beaucoup pour son travail.»  Au gré des invitations, une belle histoire d’amitié naît entre les deux familles. A chaque déplacement de Delphine, Edel revient au sein de sa famille d’accueil. Une vie entre deux foyers que le chien semble apprécier. 

Quand le destin bascule

Edel finit par perdre la vue. Un déchirement pour Delphine qui nous a confiés qu’elle avait l’impression d’avoir perdu la vue une deuxième fois. « De toutes les maladies qui existent pourquoi celle-ci. » Etant dans l’incapacité de s’occuper d’Edel à la hauteur de ce dont il a besoin, elle finit par demander à la famille Duchaussoy si elle souhaite l’adopter. C’est ainsi que quasiment dix ans après, Edel revient au sein de son premier foyer. « Nous avons pris cette décision en famille, il était hors de question que ce chien aille autre part, nous y sommes tant attachés.»

Malgré des inquiétudes face à cette inconnue d’adopter un chien aveugle, tout est bien qui finit bien. Le plus dur, nous confie Elisabeth, a été la période avant l’opération à cause des traitements contraignants mais une fois celle-ci passée tout est rentré dans l’ordre. « Edel s’est très bien habitué, il connaissait la maison et le jardin, les mêmes d’il y a 10 ans, il avait donc ses repères. » La cadette de la famille a été une alliée pendant cette période de transition. « Edel, c’est un peu le cinquième membre de la famille. »

 La deuxième vie d’Edel

Finies les règles qui étaient présentes pendant l’éducation, la famille souhaite désormais qu’Edel puisse profiter d’une retraite agréable. « Avant il n’avait pas le droit d’accéder à la cuisine mais maintenant il triche un peu, on a l’impression qu’il utilise son handicap pour nous amadouer et cela marche plutôt bien ». Edel est aujourd’hui en pleine forme, il a deux prothèses oculaires et un suivi normal. « C’est assez fascinant car il a gardé ses expressions et on finit par oublier qu’il est aveugle. » Elisabeth et son époux travaillent désormais tous les deux de la maison, une présence rassurante pour Edel qui n’est jamais seul. Puis quand la famille s’absente c’est désormais Delphine qui est sa famille d’accueil. Quand les deux familles sont réunies, il est au comble du bonheur et ne sait plus où donner de la tête. « Nous avons eu une chance incroyable de l’avoir dans notre vie, je pense que cela n’est pas dû à sa race, c’est tout simplement lui qui est exceptionnel ».

Nous n’avons plus qu’à souhaiter à Edel, une belle retraite balloté entre ses deux familles.